L'Edito de la Semaine ...

O quelle nuit…

Un peu d’humilité supporter du pays des cailloux, des quartiers populaires de l’antique Besagne, toi qui était certain de rafler quelque palme lors d’une soirée un peu trop théâtrale. Applaudissons sportivement et sans regrets les lauréats d’un soir, ils ont sûrement mérité ces honneurs.

Applaudissons aussi, alors là à tout casser, l’extraordinaire talonneur du RCT et accessoirement  fer de lance, meneur acharné, âme du XV tricolore, car je crois qu’il n’y a pas de prix à la hauteur de l’homme, applaudissons encore ce public enflammé, cette foule hurlante, cette famille ancestrale qui naquit un beau jour près d’un port de pêcheurs où les ganguis en dandinant, bercés par le Mistral, chantaient un air câlin d’un Monsieur de Provence.

Alors rejeton de Mayol, tu as compris, crie encore plus fort, arrache-toi les tripes, gangasse le fanion comme un démembré en pantoufles, avec les bras d’un « poupre » qui lâche la moustrouille et surtout, surtout ne soigne pas ta folie et si ce n’est pas fait va t’inscrire en courant à la chorale des ténors de Finale, des charmeurs de Bonnus, des solistes de Lafontan, bois un grand pastaga dans un verre à lunette et cresi que demain nous serons les meilleurs.

Entre nous et le « B’ystro » du coin, j’en profite un peu pour boustiguer les jaunards, amicalement évidemment.

Dimanche, sous le joug de Canal +, nous serons encore la vedette des ondes, la sirène des Vignettes (je pense parfois que nous pourrions avoir une ristourne sur la redevance), le RCT à Paris, c’est devenu un événement classique, mais les minots n’y vont pas pour faire une diapo des Invalides, ni pour flytoxer un bateau-mouche, ils envahissent la capitale et après un petit bonjour à Landolfi, ils vont te la jeanbouiner la bande au fameux Parisse.

Je le sens, je le renifle, il va être terrible ce match, un grand moment, un petit régal, minots c’est l’heure de régler les pendules pour ne pas manquer le rendez-vous avec dame victoire qui vous fait un petit coucou aguicheur et à guichet fermé.

Que la bannière rouge et noire flotte 80 minutes sur la belle Lutèce, sûr qu’elle aimerait ça la coquine…

PS : Bravo M. Poite et rendez-vous pour la prochaine finale, avec un œil objectif, j’en suis certain…

Partagez ce sujet